Fauro : le parcours du peintre

Les debuts : 1956 - 1965

Londres 1956 – Paris 1957 – Sidi Bel Abbes 1960 – Paris 1961 - Alger 1962 - Paris 1965 

C'est à l'occasion d'un séjour de six mois à Londres que je prends les pinceaux, j'ai découvert les musées londoniens et l'expressionnisme nord européen, Dix, Beckman, Munch, le groupe Die Brûcke. 
Après mes cours de modelage, lorsque j'avais 14 ans, j'ai toujours dessiné, comme mon père, et puis, à Londres, mon amie Renée est courtisée par un peintre espagnol, je décide donc de lui démontrer que je « sais faire » !
Entre les séances de washing up chez Dickins and Jones, et le service à table chez le « Père de Nico », je dessine et utilise la gouache.
Rentré à Paris, je passe à l'huile, mais à ce moment, je manque de moyens matériels et dans mon petit studio, je découpe quelques draps de lit que je cloue sur des châssis. Il me reste de ces périodes quelques gouaches et deux toiles.
Incorporé à l'armée en novembre 1959, et maintenu jusqu'en février 1961, je continue à dessiner avec peu de moyens. A l'occasion de permissions, je reprends les pinceaux.

Retour, à Paris, problèmes familiaux, la peinture continue, la vie aussi, divorce, remariage, naissance d'Étienne et retour à Alger après l'indépendance.
Là, plus de moyens, un milieu culturel riche, je suis invité à participer aux deux premières expositions de peinture de l'UNAP, à la Galerie de l'avenue Pasteur. C'est un début intéressant, beaucoup de contacts culturels, Malek Haddad,  Mohamed Issiakhem, Ahcène Fzéri, Mahmoud Tlemsani, Mourad Bourboune, Boubekeur Adjali, Kateb Yacine et beaucoup d'autres.

La mule
La mule
Huile sur drap 38 x 46 - Paris Juin 1960
Un tableau des années du service militaire,
peint sur drap de lit à l'occasion de permissions.
Collection privée à Zurich.


La deuxième exposition en décembre 1964 à Alger.

La suite : 1965 - 2017

Paris 1965 - Dijon 1980 - Vienne  1981 - Grenoble 1985 - Bellinzona 1997 - Avignon 2001 

Juin 1965, changement de régime à Alger, nous rentrons en France, à Paris.

 Passage rapide aux éditions Herman, puis Société d'applications Routières, puis Otis, trois licenciements dont deux pour raisons syndicales.

Dictionnaire des peintres et artistes divers de 1966/1967 où il est fait mention de : FAUROBERT BERNARD YVES I.A.G., 14, Avenue Ambroise Rendu, 75 Paris 19e. Peintre. Né en 1935 à Paris. De formation autodidactique a fréquenté les cours libres* de la Grande Chaumière à Paris. Participe à de nombreuses expositions.

Création d'un groupe d'Arts, Tamrauc qui fonctionnera de 1966 à 1976.


Première exposition à Paris en mars 1967, à la Galerie Cigaps, sous l'égide du Groupe d'Arts Tamrauc.


A Paris dans le 20e - 5, rue des Panoyaux - UNE GALERIE DE JEUNES - Le Groupe d'Art TAMRAUC
Exposition à LA BOULANGERIE 1970

 

groupe Tamrauc
Les «dirigeants» du groupe TAMRAUC
Jean Pierre DENÈFLE - Yves PIRLOT -
Jean Michel CRESTO et Yves FAUROBERT 

La Boulangerie


Petite affiche réalisée par Fauro en 1968
pour faciliter le "recrutement " au Groupe Tamrauc

Societaire du Salon des Independants de 1968 à 1995... tant que les expositions eurent lieu au Grand Palais à Paris.

1979, changement complet, retrouvailles d'une amie d'enfance de Montélimar, Renée Gandon - départ en province, à Dijon, puis Vienne, puis Grenoble.

Les expositions continuent régulièrement, même au Salon des Indépendants. Pour le matériel, toujours activité commerciale, et de 1985 à 2000, le réseau de distribution Tuperware.

Pour cette dernière activité, départ en suisse italienne, au Canton du Tessin en 1998. Retour en France en 2000.

Installation définitive en Avignon

Groupe TAMRAUC 30 ans après
À l'exposition de février 2009 à la galerie Art Présent, 9 membres de Tamrauc des années 1968-1978.
De gauche à droite : Jean Pierre L'Esprit, peinture et littérature, Robert Priser Peinture, Bergé sculpture, Faurobert l'exposant du jour, Etienne Rapacioli musique et Jean Pierre Denèfle.

Les artistes indépendants
Présentation dans le Tome II de l'histoire du Salon des Indépendants.